Division cellulaire monozygotes et dizygotes

Il existe 3 types de gémellité différents, puisque au moment de l'implantation, puis du développement embryonnaire, les jumeaux dizygotes ont les même caractéristiques les jumeaux monozygotes avec une implantation bi-choriale et bi-amniotique. Pour les jumeaux dizygotes: (schéma 4). Comme le montre le schéma, sont issus d'une double ovulation, et d'une double fécondation. Les 2 œufs sont totalement indépendants. Cette configuration représente les 2/3 des jumeaux. Pour les jumeaux monozygotes: Les jumeaux monozygotes sont issus d'un seul l'œuf, et d'une seule fécondation.La séparation peut avoir lieu juste après la première division cellulaire, à ce moment là, les jumeaux auront chacun un placenta, et chacun un sac amniotique.(Schéma 1) La séparation peut également avoir lieu plus tard, au stade du bouton embryonnaire, à ce moment là, les jumeaux auront dans le même placenta, … [Lire plus...]

Monozygotes mais différents

Les vrais jumeaux ne sont pas identiques. Il existe entre eux des différences "épigénétiques". Des mécanismes (méthylation de l'ADN, acétylation d'histones) activent ou désactivent certains gènes. L’accessibilité d’un gène dans une cellule, c’est-à-dire le fait que cette cellule soit capable d’utiliser ou non le gène pour fabriquer une protéine donnée, dépend notamment de modifications chimiques de l’ADN des séquences régulatrices de ce gène et des protéines qui entourent l’ADN (les histones). Un génome identique présent dans la cellule initiale d’un organisme (l’œuf fécondé devenant embryon) va s’exprimer différemment et produire les 200 familles cellulaires qui forment notre corps. De même, un gène n’aura pas forcément une expression identique selon qu’il a été transmis par le père ou par la mère : ce phénomène, appelé l'empreinte parentale, est de nature épigénétique. Ainsi deux vrais jumeaux (monozygotes), dont le génome est donc strictement identique, ne vont pas nécessairement développer les mêmes comportements ni déclarer les mêmes maladies au cours de … [Lire plus...]

Comment savoir s’ils sont monozygotes ou dizygotes ?

Si vous êtes amenée à pratiquer une amniocentèse vous le saurez, sinon l'échographie permet en général de savoir s’il y a un ou deux placentas ainsi que le sexe des enfants mais pas de savoir à 100% s'ils sont dizygotes. Un technicien expérimenté pratiquant une échographie trans-vaginale entre la 9e et la 14e semaine peut dire avec une fiabilité de quasiment 100% si vos bébés partagent le même placenta. Cette fiabilité tombe à 90% au cours du second semestre, lorsque l’utérus devient plus encombré. Si vos bébés partagent le même placenta, alors ils sont monozygotes. S’il y a deux placentas, alors vos jumeaux peuvent être mono ou dizygotes. En effet, tous les dizygotes et 20 à 30% des monozygotes ont des placentas séparés. A partir de la 18e à la 20e semaine, l’échographe est capable de déterminer le sexe des bébés, sous réserve qu’ils soient bien positionnés. Si l’échographie montre que vous attendez un garçon et une fille, vous êtes sûre d’attendre des faux jumeaux. Les vrais jumeaux ont toujours le même sexe, à de très rares exceptions … [Lire plus...]

Mono ou dizygotes quelle importance ?

Savoir si vos jumeaux sont mono ou dizygotes n’est pas simplement une question de curiosité. Cela peut également être important pour des raisons médicales. Tout d’abord, les jumeaux monozygotes qui partagent le même placenta doivent faire face à un risque particulier lors de la grossesse. En effet, jusqu’à 15% de ces jumeaux développeront un syndrome de transfuseur / transfusé, une situation dangereuse au cours de laquelle un jumeau donnera du fluide au second. Le receveur aura tendance à grandir plus vite que le donneur. Sans traitement, cette situation est en générale fatale pour les deux bébés. S'ils partagent le même placenta, votre médecin surveillera leur gain de poids et vérifiera les autres signes de syndrome transfuseur / transfusé. S’il suspecte cette pathologie, un traitement rapide pourra prévenir des complications et conserver vos bébés en bonne santé. Même une fois que vos enfants seront plus grands, il peut être important de savoir s’ils sont mono ou dizygotes. Par exemple, si l’un des deux jumeaux développe une maladie génétique, son frère ou sa sœur monozygote … [Lire plus...]

Monozygotes ou dizygotes (vrais ou faux jumeaux)

Jumeaux dizygotes ou « faux » jumeaux Cette situation survient lorsque deux ovules fécondés par 2 spermatozoïdes nidifient sur les parois de l'utérus. Cette situation survient le plus souvent dans le même cycle menstruel et les jumeaux sont conçus en même temps ; les jumeaux peuvent parfois avoir un âge gestationnel différent s'ils sont conçus à un voire deux mois d'écart (rare). Ils naissent tout de même concomitamment. Les deux ovules forment alors deux cellules œufs différentes et les jumeaux ainsi conçus sont dits dizygotes (ce qui est différent d'hétérozygotes). La parenté génétique entre des jumeaux dizygotes, lesquels se développent grâce à deux placentas séparés, est la même que celle entre deux enfants nés de deux grossesses différentes. Ils peuvent donc être de sexes différents. Toutes ces grossesses sont bichoriales biamniotiques (2 placentas ; 2 cavités amniotiques). La prédisposition génétique qui favorise leur venue est à rechercher du côté maternel, puisque le futur père n'influence en rien la double ovulation originelle. Jumeaux monozygotes ou … [Lire plus...]