Monozygotes mais différents

Les vrais jumeaux ne sont pas identiques. Il existe entre eux des différences « épigénétiques ». Des mécanismes (méthylation de l’ADN, acétylation d’histones) activent ou désactivent certains gènes.

L’accessibilité d’un gène dans une cellule, c’est-à-dire le fait que cette cellule soit capable d’utiliser ou non le gène pour fabriquer une protéine donnée, dépend notamment de modifications chimiques de l’ADN des séquences régulatrices de ce gène et des protéines qui entourent l’ADN (les histones).

Un génome identique présent dans la cellule initiale d’un organisme (l’œuf fécondé devenant embryon) va s’exprimer différemment et produire les 200 familles cellulaires qui forment notre corps. De même, un gène n’aura pas forcément une expression identique selon qu’il a été transmis par le père ou par la mère : ce phénomène, appelé l’empreinte parentale, est de nature épigénétique.

Ainsi deux vrais jumeaux (monozygotes), dont le génome est donc strictement identique, ne vont pas nécessairement développer les mêmes comportements ni déclarer les mêmes maladies au cours de leur existence. Là encore, des modifications épigénétiques peuvent en partie expliquer ces discordances. Les gènes et les cellules sont particulièrement sensibles aux modifications environnementales au cours du développement embryonnaire et des premières années de la vie, mais les effets de l’environnement se produisent tout au long de l’existence.

La compréhension des différences entre vrais jumeaux pourraient donc révéler comment notre environnement conditionne des prédispositions pour de nombreuses maladies. Reste à les identifier et à développer les médicaments adéquats.

Sources : www.linternaute.com / www.Inserm.fr /www.jumeauxandco.com

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Notre recommandation Poussettes doubles :Notre recommandation Poussettes doubles :
Notre recommandation Accessoires JumeauxNotre recommandation Accessoires Jumeaux
Ils parlent de nous Ils parlent de nous