Grossesse gémellaire et suivi

Le docteur Olivier Marpeau gynécologue obstétricien à la maternité-clinique de l’étoile (Aix en Provence) répond aux questions de Jumeaux&Co sur le suivi des grossesses gémellaires.

Les grossesses gémellaires sont devenues de plus en plus fréquentes du fait de l’augmentation recours à l’assistance médicale à la procréation et du recul de l’âge de la maternité. Un accouchement sur 80 est un accouchement de jumeaux. Il s’agit de grossesses particulières qui exposent la mère et les fœtus à plus de complications que les grossesses monofoetales ; leur suivi est donc lui aussi particulier.

Quels sont les différents types de grossesse gémellaire ? vrais jumeaux ou faux jumeaux ?

On distingue 2 types de grossesses gémellaires : la grossesse gémellaire dizygote (faux jumeaux) qui résulte de la fécondation de deux ovocytes par deux spermatozoïdes et la grossesse gémellaire monozygote (vrais jumeaux) issue de la fécondation d’un ovocyte par un spermatozoïde, donnant un seul œuf qui se divise secondairement. Dans ce second cas, les jumeaux peuvent avoir chacun leur placenta et leur poche amniotique (bichoriale biamniotique), partager le même placenta en étant dans deux poches différentes (monochoriale biamniotique) ou partager le même placenta et la même poche (monochoriale monoamniotique).

Si il existe un seul placenta, on peut donc affirmer qu’il s’agit de vrais jumeaux, en revanche, si il existe deux placentas, il s’agit de faux jumeaux 9 fois sur 10 et de vrais jumeaux avec division très précoce de l’œuf 1 fois sur 10. Les faux jumeaux sont plus fréquents, ils concernent 65% des grossesses gémellaires.

Quels sont les risques d’une grossesse gémellaire? Une grossesse gémellaire est-elle toujours compliquée ?

Même si la majorité des grossesses gémellaires se déroulent bien, il existe un certain nombre de risques.

  • Le risque principal est l’accouchement prématuré. Les femmes enceintes de jumeaux accouchent en moyenne un mois plus tôt (37 semaines d’aménorrhée) et 15 % accouchent très prématurément (avant 32 semaines d’aménorrhée).
  • Les autres risques sont le retard de croissance intra-utérin (poids de naissance inférieur au poids normal pour le terme), l’hypertension artérielle de la femme enceinte et les phlébites du fait d’une insuffisance veineuse plus importante et d’un alitement forcé souvent nécessaire.
  • Enfin , le risque de mort fœtale est plus élevé dans le cadre d’une grossesse gémellaire que d’un grossesse simple.

Quels sont les risques spécifiques d’une grossesse gémellaire monochoriale ?

Lorsqu’une grossesse est monochoriale, les jumeaux partagent le même placenta. Cette particularité peut être à l’origine de communications entre les vaisseaux placentaires des jumeaux (anastomoses) ce qui entraine parfois des échanges vasculaires à l’origine d’un déséquilibre d’apports entre les jumeaux. Ainsi, un des jumeau sera plus gros (macrosome) avec un excès de liquide amniotique, c’est le jumeau transfusé, et l’autre, au contraire, présentera un retard de croissance avec une quantité de liquide amniotique inférieure à la normale, c’est le jumeau transfuseur. Ce syndrome transfuseur-transfusé peut avoir des conséquences dramatiques telles que des séquelles neurologiques définitives et le décès d’un ou des deux jumeaux.

Quelles sont les particularités du suivi d’une grossesse gémellaire ? pourquoi faire des échos rapprochées ?

Du fait des différents risques détaillés précédemment, le suivi des grossesses gémellaires dépend du type de grossesse gémellaire. Dans le cas d’une grossesse bichoriale, une consultation et une échographie mensuelle sont recommandées ; en revanche, si il s’agit d’une grossesse monochoriale, une échographie deux fois par mois est recommandée dès le cinquième mois afin de diagnostiquer précocement un éventuel syndrome transfuseur-transfusé.

Si la patiente présente des signes de menace d’accouchement prématuré (contractions utérines, modifications du col de l’utérus), une mesure échographique du col par voie vaginale pourra être effectuée.

Existe t’il des précautions spécifiques à prendre en cas de grossesse gémellaire ?

La complication la plus fréquemment rencontrée étant l’accouchement prématuré, un repos précoce est souvent nécessaire. Il est donc recommandé aux femmes enceintes de jumeaux de restreindre leur activité, de cesser de travailler et d’éviter les trajets prolongés en voiture.

Comment aborder une grossesse gémellaire sereinement ?

Une grossesse gémellaire est, presque toujours, une grossesse difficile. La patiente, son conjoint et son entourage doivent accepter que son déroulement soit différent de celui d’une grossesse monofoetale avec un suivi beaucoup plus médicalisé et donc plus angoissant. Un accompagnement psychologique et social est donc important. Les couples peuvent participer à des réunions d’informations spécifiques et se renseigner sur les différentes aides sociales et ménagères possibles.

Quelles sont les questions à poser au gynécologue?

Parmi les informations à recueillir auprès de votre gynécologue, le type de grossesse gémellaire (bichoriale ou monochoriale) est essentiel puisqu’il va conditionner toute la prise en charge de la grossesse.

Vous devez bien entendu vous renseigner sur son habitude concernant le suivi des grossesses gémellaires et surtout l’interroger sur le niveau de la maternité où vous allez accoucher (présence d’un service de néonatologie).

Quel terme atteindre et comment sont déterminées la date et les modalités d’accouchement ?

Une fois encore, l’objectif de terme dépend du type de grossesse gémellaire.

  • Dans le cas le plus fréquent d’une grossesse gémellaire bichoriale, le terme idéal à atteindre est 38-39 semaines d’aménorrhée.
  • Si il s’agit d’une grossesse monochoriale, l’accouchement sera programmé, au plus tard à 38 semaines d’aménorrhée en cas de grossesse biamniotique
  • à 36 semaines d’amménorhée en cas de grossesse monoamniotique.

Un accouchement par les voies naturelles de jumeaux est envisageable en l’absence de complication maternelle et/ou fœtale lors du suivi de la grossesse. Une césarienne sera systématiquement programmée si il s’agit d’une grossesse monochoriale monoamniotique, si la patiente a déjà eu une césarienne (utérus cicatriciel), si le premier jumeau n’est pas en présentation céphalique (tête en bas) ou si il existe une différence de poids importante entre les deux jumeaux.

En quoi l’après-grossesse est-il différent ?

L’après accouchement est différent et souvent plus difficile que la grossesse elle-même. La première année qui suit l’arrivée des bébés est particulièrement éprouvante pour le couple. La fatigue accumulée et le facteur financier peuvent conduire le couple à la rupture, 1/3 des parents de jumeaux se séparent. Les dépenses augmentent brusquement alors que les revenus baissent souvent du fait de l’absence de reprise de l’activité professionnelle de la mère (20% des cas). Il faut donc se faire aider au maximum en sollicitant famille et/ou amis et ne pas hésiter à contacter des associations regroupent des parents de jumeaux”

Vous trouverez sur notre site de nombreux conseils pour s’organiser, vivre sereinement votre grossesse et après grossesse …

Commentaires

  1. nael a écrit

    Bjr moi je suis une jeune maman deja dune ptite fille de 5ans mais la jattend des jumeaux et je suis a 19sa mais difficile mon col et déja raccoursi donc la c repos jai peur mais je garde espoire ke tout va bien ke Dieu ma donner c de ti trésor ki grandi en moi

    Courage atout ler maman bisoux

  2. principella a écrit

    bonjour,
    je viens de lire le commentaire de Nael.
    Moi aussi, je viens d’apprendre que j’attends des jumeaux .Nael as-tu une adresse privee?
    bon courage à tous

  3. Sophie Jumeauxandco a écrit

    Bonjour les filles, vous pouvez aussi vous retrouver sur le forum Jumeauxandco si vous voulez !

Rétroliens

  1. […] Grossesse monochoriale biamniotique, j’ai été classé dès la première visite à mon gynécologue en grossesse à risque. Lorsqu’on apprend qu’on attend des jumeaux, on n’est pas “ménagé” par le corps médical qui nous prévient de tous les risques dont le plus important pour les jumeaux : le risque d’accouchement prématurité (juste après vient le syndrôme transfuseur-transfusé (STT) pour la grossesse monochoriale biamniotique). Je trouve que c’est vraiment bien et important d’être autant informé et préparé à avoir des bébés prématurés parce que même comme ça c’est un peu violent donc si je n’avais pas eu ces informations, je pense que j’aurais été vraiment choqué le jour J. […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>