Le syndrome du jumeau perdu

Depuis quelques années, avec le développement des échographies dès le début de la grossesse, le nombre de jumeaux diagnostiqués a augmenté. Cela a malheureusement conduit à mettre en lumière le « syndrome du jumeau perdu ». Voici les réponses aux questions fréquemment posées à ce sujet :

Qu’est ce que le syndrome du jumeau perdu ?

On parle de syndrome du jumeau perdu lorsque l’un des deux fœtus disparait de l’utérus lors de la grossesse.

Que se passe t’ il en réalité?

L’un des deux fétus est avorté spontanément, en général au cours du premier trimestre. Le tissu fœtal est ensuite absorbé par le second jumeau, le placenta, ou la mère, donnant ainsi l’impression que le jumeau à « disparu ».

Comment cela est-il diagnostiqué ?

Voici l’un des scénario typiques : une mère fait une échographie au début de sa grossesse, par exemple vers la 6e ou 7e semaine de gestation. Deux fœtus sont détectés, et l’on indique à la mère qu’elle est enceinte de jumeaux.

Lorsqu’elle retourne chez son gynécologue quelques semaines plus tard pour une nouvelle échographie, celui-ci ne trouve plus qu’un seul fœtus.

Dans d’autres cas, la mère ressent des symptômes faisant penser à une fausse couche, mais seul un des deux fœtus est touché, le second restant dans l’utérus

Cela arrive – t’ il souvent ?

Les scientifiques ont confirmé que le nombre de jumeaux conçus dépasse largement le nombre de jumeaux qui naissent finalement. Certaines estimations indiquent qu’une personne sur 8 avait un jumeau dans le ventre de leur mère, alors que seulement 1 sur 70 ont finalement un frère jumeau ou une sœur jumelle à la naissance. Le syndrome du jumeau perdu concerne donc un grand nombre de grossesses multiples, et cela est encore plus vrai dans le cas des fécondations médicalement assistées.

Pourquoi ce phénomène est – il de plus en plus fréquent ?

Même si le syndrome du jumeau perdu semble beaucoup plus fréquent qu’auparavant, cela tient surtout au développement de l’échographie qui a permis d’accroître sa détection. En effet, les progrès réalisés permettent aux médecins et aux parents de regarder à l’intérieur de l’utérus. Comme de plus en plus de gynécologue utilise couramment l’échographie au court du premier trimestre, de plus en plus de grossesses multiples sont diagnostiquées. Et un certain nombre d’entre elles seront affectés par le syndrome du jumeau perdu. Dans le passé, de nombreuses femmes ont été concernées par ce phénomène sans même s’en apercevoir.

Quelles sont les causes ?

Tout comme il n’y a pas de cause évidente imputables pour la plupart des fausses couches, il n’y pas toujours des raisons ou explications pour la perte d’un fœtus lors d’une grossesse multiple. Dans certains cas, le fœtus n’est pas viable à cause d’anomalies chromosomiques ou placentaires. Certaines études suggèrent que parce que ces anomalies sont plus fréquentes chez les femmes âgées, le syndrome du jumeau perdu se produit plus souvent chez les mères d’un âge avancé. Le phénomène se produit avec la même fréquence chez les jumeaux monozygotes et dizygotes, bien que les complications possibles liées au partage du placenta entre jumeaux monozygotes devraient l’accentuer.

Quels sont les symptômes ?

Il peut ne pas y avoir de symptôme. Toutefois, certaines mères ressentent de légères crampes, des saignements ou un inconfort pelvien, semblable à la fausse couche. La réduction du niveau d’hormones peut également indiquer que l’un des fœtus a été absorbé.

Quel est le traitement, quels sont les impacts  ?

En règle générale, ni la mère ni le fœtus restants n’auront besoin d’un traitement médical. Lorsque le syndrome du jumeau perdu se produit au cours du premier trimestre, la mère poursuit généralement une grossesse normale et accouche d’un bébé unique en bonne santé. Toutefois, dans le cas où un fœtus meurt dans le deuxième ou troisième trimestre, la mère peut subir une infection, une hémorragie ou un travail prématuré. Dans ces cas, les médecins prescriront un traitement approprié.

Quelles sont les conséquences pour la mère ?

Il n’y a pas de conséquence physique, mais la mère peut ressentir un mélange de douleur suite à la perte d’un bébé et de soulagement car le second bébé est en vie. Il est important pour les parents de pouvoir faire le deuil du bébé, de la manière qu’ils jugeront appropriée, afin d’accepter la perte d’un enfant ainsi que de leur identité en tant que parents de multiples.

Quelles sont les conséquences sur le jumeau survivant ?

Dans la plupart des cas, si cela se produit lors du premier trimestre, il n’y a pas de conséquence physique sur le jumeau survivant. La grossesse se poursuit généralement sans problème et est suivie d’un accouchement normal.

Toutefois, si cela intervient en fin de grossesse, il peut y avoir quelques conséquences pour le fœtus survivant, tout comme pour la mère. De temps en temps, des restes du fœtus absorbé se trouvent dans le survivant, sous la forme d’une tumeur tératome contenant des os, des cheveux, des dents ou des fragments de tissus. Les chercheurs ont constaté qu’après 20 semaines, le fœtus survivant a un risque accru de paralysie cérébrale. Le second jumeau peut-également décéder quelques temps après s’il s’agit de jumeaux monozygotes qui partagent d’une connexion vasculaire.

Il y a beaucoup de spéculations quant à l’impact psychologique et émotionnel de la disparition d’un jumeau. Certains survivants rapportent des sentiments de nostalgie, de culpabilité, de tristesse ou de problèmes de relationnels ou sexuels.

Des livres sur le jumeaux perdu qui peuvent peut-être vous aider :

  • Le syndrome du jumeau perdu /Auteurs : Alfred R et Bettina Austermann/ Éditeur : Le Souffle d’Or /Collection : Constellations Familiale.

Retrouvez ainsi les détails concernant ce livre incroyable Le syndrome du jumeau perdu réédité.

Acheter ce livre au meilleur prix  en cliquant sur l’image ci-dessous :

  • le jumeau perdu Conte thérapeutique/ Auteur Marie- Eve Mespouille / Mespouille auto-édition : Ce conte explique aux parents et à l’enfant les émotions et questions qui viennent lorsque la maman est enceinte de plusieurs fœtus et que la vie ne suit pas !

Voici un article où  Clothilde Robin Avezou Psychologue clinicienne  répond aux questions de Jumeaux&Co sur les impacts psychologiques de la grossesse gémellaire qui répondront à certaines de vos interrogations concernant le syndrome du jumeau perdu impact psychologique jumeaux.

Suivez nous pour avoir plus d’information le flux jumeaux and co

Sophie Jumeauxandco

Maman de trois enfants dont des jumeaux, créatrice du blog jumeauxandco ainsi que de la boutique pardeuxcestmieux.

16 Comments
  1. Bonjour,

    J’habite dans le sud de la France, et je suis intéressée par l’achat de votre livre : le jumeau perdu Conte thérapeutique/ Auteur Marie- Eve Mespouille

    Comment puis-je le commander ? Le trouve t-on dans une librairie française ?
    Merci de votre réponse

  2. Bonjour,

    Je suis sophro-analyste des mémoires prénatales, et je voudrais témoigner de l’importance de ce vécu avec un jumeau. Le Dr Claude Imbert ayant enquêté auprès des scientifiques et des Sage femmes parle d’une fréquence d’au moins 20% des grossesses physiologiques. Certains petits signes de la vie quotidienne peuvent être indicateurs de cette empreinte : acheter en double, l’angoisse des chaussettes dépareillées au sortir de la machine à laver et surtout sentiment d’incomplétude.
    Certains jumeaux survivants passent leur vie à chercher leur jumeau, l’alter égo… sans le trouver évidemment…
    N’hésitez pas aller sur mon site, pour avoir plus d’informations.
    Chaleureusement
    anne-marie Martin
    sophro-analyse.pro

  3. bonjour. J’ai accouchée en aout 2012 de jumelles monozygotes à 7 mois de grossesse. Une de mes 2 filles est décédée. J’aimerais savoir si aujourd’hui ma fille pourrais ressentir le manque de sa jumelle et si vous avez des exemples d’histoire similaire. Avez vous des exemples de livres pouvant m’aider?
    Merci d’avance

  4. Bonjour stef says
    Je suis jumelle, j’ai perdu ma sœur quand ma maman était enceinte de 4 mois et aujourd’hui encore elle me manque je raccroche tout à elle. Fête de fin d’année, anniversaire, moments importants de ma vie, mes réactions au cotidient…
    je suis tombé en anorexie mental a 18 ans dû à un manque trop fort de ma jumelle.
    Mes parents m’en parlé mais sans intérêt, il ne faut pas il faut toujours donner de l’importance à l’écoute de celle qui reste et lui parlé de sa sœur si elle en ressent le besoin.
    Ne rien lui caché. A ce jour, j’ai 30 ans, et parfois je parle à ma sœur quand j’ai vécu un super truc dans des mauvais moments, car sans en parler sans m’avoir fait aider je ne fais pas le deuil et c’est très dur. Alors il faut lui parler, expliquer les choses,…
    Aujourd’hui j’en pleure encore du manque que j’ai…
    Si des questions ou autre vous pouvez me contacter
    Bon courage à vous et à la petite puce.

  5. Bonjour ,j’ ai perdu mon jumeaux au premier trimestre de la grossesse
    Voila de puis toujours j’ ai peur d’ être abandonner ou de me retrouver seul ….
    Et je voulais savoir se tous ces sentiment pouvais venir de la perte de mon jumeaux ou si ses dans ma tête

  6. Moi aussi je suis née avec une jumelle qui n’a vécu que 5 jours.
    Son absence se fait ressentir d’années en années. Quand j’étais petite, je ressentais ce manque sans savoir d’ oû il provenait… Mais au fond j’ai toujours su qu’il me manquait quelques chose, je me suis toujours trouver très différente de mes camarde de classe, etc.
    Depuis l’âge de 16 ans tout s’est formé et j’ai pu mettre des mots sur ce qu’il m’arrivait, ce que je ressentait, d’oû venait cette tristesse intense de solitude. ( même si j’ai un frère qui a un an en moins que moi).
    Aujourd’hui j’ai 18ans. Je traverse toujours ce moment difficile, celui de faire son deuil et d’accepter qui je suis, mes qualités, mes défauts…
    J’en ai déjà parler un peu autour de moi pour evacuer un peut tout ce que j’ai au fond de moi mais je ne trouve pas ça assez suffisant…Surtout que je suis quelqu’un qui a du mal a se confier.
    Ma question est de savoir comment j’y arriverais ! Dois-je aller voir un psy ?? (Parce que j’y ai déjà penser…)
    Je ne veux pas vivre avec ce chagrin de solitude toute ma vie.

  7. Bonjour,
    Je viens de découvrir que j’ai perdu mon jumeau en étant dans le ventre de ma mère. J’ai fait une constellation familiale et j’ai réalisé que je ne suis pas prête à le laisser partir (ou l’idée de vivre pleinement sans lui).
    J’ai 40 ans et ai énormément travaillé sur moi ces 10 dernières années. Je ne m’expliquais pas mes symptômes de fuite, incapacité de rester en couple (fuite), incapacité de garder de l’argent (besoin de changer de métiers, changer de lieu de vie etc.), donc pas dans la construction malgré une féroce force de travail et de volonté de réussir… ces contradictions, je ne les comprenais pas… j’ai eu la chance d’avoir 4 frères et soeurs, et je me suis sentie seule. très proche d’eux mais j’ai toujours mis une distance physique. Avec tout le monde…de nature très sociale et j’aime les autres. Mais je m’isole affreusement…Je vis seule…
    ce sentiment de vide que j’ai essayé de combler par une multitude de choses (positives) qui m’ont aidé mais ne comblait pas ce vide. Je pensais que c’était un quête de sens de ma vie. Donc j’ai commencé un chemin de développement personnel (stages, conférences, lecture, etc). je suis Coach certifiée.
    malgré ce parcours de connaissances et d’écoute, de ressenti, je n’y parvenais pas encore.
    J’ai ressenti l’urgence d’une constellation récemment. Poussée par mon instinct, un travail commencé en fratrie, pour la libérer…je pensais en apprendre su r ma famille lointaine en pensant tout connaitre sur ma fratrie, mon histoire…
    Lors d’une constellation familiale, j’ai découvert, mon corps, tout s’est mis en place…j’ai perdu un jumeau. celui que j’ai passé ma vie a chercher…ma moitié, une partie de moi. J’achète beaucoup en double (le besoin que les objets chez moi soient doublés). je me disais que c’était complet comme ça…Mon inconscient parlait sur ces choses. Et en lisant les symptômes du jumeau perdu…je me suis reconnue parfaitement.
    Je n’ai pas de mots pour décrire une forme de…je ne sais pas, bonheur de le comprendre, de le savoir enfin. cela répond à toutes mes questions…
    Tant de questions qui trouvent leur explication…je sais que je dois le “laisser partir”, accepter qu’il soit parti et moi restée. Pour enfin pourvoir VIVRE pleinement et construire ma vie. Chacun doit trouver sa manière d’accepter. je ne connais pas encore la mienne. mais j’ai la chance d’avoir commencé de développement personnel (ateliers de groupe). Cela me permettra je l’espère de libérer ce qui doit l’être. De prendre conscience de mon être “complet”. Les stages de développement personnel (constellations familiales, et autres aident). Il suffit d’écouter son ressenti et aller vers le stage qui nous correspond. cela couplé à une thérapie c’est bien aussi. L’art aide aussi à libérer.
    merci

  8. Bonjour, atuellement enceinte de 10sa, ma première écho il y a 2 semaines a décellé un foetus bien portant, et une poche (pas vide) mais bcp plus petite, pas dévellopée juste a coté… La sage femme ma parlé de jumeaux monozygotes, c’est bien des vrais jumeaux ?
    J’ai beaucoup de mal a me dire que ce petit bébé ne grandira pas comme son frère/soeur, j’ai peur que mon bébé restant, plus tard, en grandissant, ait le sentiment qu’il lui manque une partie de lui même…
    Et est ce possible que le deuxieme bébé se développe finalement , avec plusieurs semaines de retard, ou je rêve complètement ?
    Merci d’avance.

  9. Personellement depuis que j’ai ‘concience’ de mes actes , j’ai toujours ressenti un vide en moi , un manque , je ne supporter pas de voir un de mes objets seul meme une peluche , il fallais toujours que je les range par 2 j’ai toujours fait comme ça.
    Ma mére n’est pas du genre ‘calin’ pareil pour le reste de ma famille , mon pere et mes deux grandes soeur on horreure des calin or moi j’a toujours ce sentiments d’avoir besoin d’un calin c’est assez inéxplicable mais c’est comme si il fallais qu’on me prenne dans ces bras et ne jamais me lacher souvent une envie d’etre prise par des bras fort … Vers mes 10 ans j’ai appris que j’avais un jumeux qui n’avais pas survécu , je n’est pas fait le raprochement avec mes tics habituel puis aujourd’hui a mes 15 ans ce vide au fond de moi est profond comme un manque d’amour ou de quelque chose , vivre sans mon jumeux , sans l’amour de sa famille (c’est limite si on se fait la bise…) , je n’est pas de copain mais bizarement toutes ses choses me sont égales c’est comme si mon corps appeler mon jumeux.
    Comme dit plus haut c’est assez inéxplicable mais c’est un manque un vide , une envie de pleurer et on ne sais meme pas pourquoi.

  10. Bonjour,

    mon jumeau est mort dans le ventre de ma mere et depuis que je suis ne jai vecu des chose etrange par exemple quand je ne savai pas parler les premiere mot que jai dit ces jai vu marie et son bebe pres dun chene et apres quand jai grandi jai limpresion que lon me suis et defoit meme que lon me parle je voi des aparition des silouaite blanche qui disparese des que je les regarde je me sens seul, triste, perdu, et surtout observer meme pendant la nuit ces pas des mensonge cest serieu jai 15 ans et non je suis pas debile ni parano jaimerai parler a quelqun qui comprenne svp merci.

  11. Bonjour,

    Le conte de Marie Eve Mespouille est vraiment exceptionnel. Le livre des Austerman est également d’une grande aide. J’ai perdu mon frère jumeau à deux mois et demi et la lecture de ces livres m’a beaucoup consolée. Ce qui m’a beaucoup aidée aussi, c’est le dessin par lequel j’ai pu dessiner l’image que j’avais de mon frère. Puis d’un dessin à un autre, j’ai décidé d’en faire un livre illustré qui retrace les différentes étapes du deuil que j’ai vécu, et que vivent beaucoup de jumeaux esseulés…J’espère que les jumeaux esseulés s’y reconnaitront…
    N’hésitez pas à aller voir ma page projet(https://fr.ulule.com/si-tu-pouvais-me-voir/) et me dire ce que vous en pensez 🙂

    Aurore

  12. bonjour , à toutes les mamans inquiètes je donne l’exemple de la grossesse de ma soeur où un bébé a disparu et je peux vous dire que ma nièce de 11 ans va très bien et est la première de sa classe avec un an d’avance ,est gentille attentionnée généreuse rieuse , le bonheur en gros ! jamais vu une enfant comme ça ! alors gardez espoir

Leave a Reply

Your email address will not be published.

On se retrouve ici
Ils nous font confianceIls nous font confiance
Ils parlent de nous Ils parlent de nous