Devenir parents de jumeaux quels impacts psychologiques ?

Clothilde Robin Avezou Psychologue clinicienne  répond aux questions de Jumeaux&Co sur les impacts psychologiques que peuvent engendrer le fait de devenir parents de jumeaux.

Clothilde Robin Avezou est Psychologue clinicienne spécialisée en périnatalité, elle a par ailleurs soutenu un mémoire intitulé” Relation mère-jumeaux : genèse d’une triade particulière” *.

Quels impacts psychologiques peuvent avoir la naissance d’un enfant sur les parents ?

Devenir parent représente un changement identitaire important. Avoir été l’enfant de ses parents et devenir parents de cet enfant à venir, parvenir à lui faire une place psychiquement est un cheminement qui se fait tout au long de la grossesse et après la naissance.

Quelles difficultés particulières rencontrent les mamans de jumeaux ou triplés ?

Beaucoup de facteurs font que cet évènement peut ou ne peut pas déclencher des remaniements psychologiques violents. Chaque parent va réagir différemment en fonction de son histoire familiale, personnelle, de ses éléments de vie. La gémellité va faire peur à certains parents, pas du tout à d’autres mais ce qui est sûr c’est que cela amène des difficultés supplémentaires qu’il ne faut pas négliger.

Devant la charge de travail et l’épuisement il peut être difficile de prendre du plaisir à s’occuper de ses bébés, mais cela n’est pas impossible.On n’est plus dans l’image Épinal de la jeune mère qui nourrit son bébé, qui prend le temps d’être en relation avec lui. Là, le temps manque, la fatigue, l’épuisement rendent les parents moins disponibles psychiquement pour les temps de détente.

La mère de multiples perd ses repères identitaires. Elle est une femme qui devient mère et qui plus est de multiples. Elle est heureuse d’être mère et en même temps devant la lourdeur des taches, elle est aux prises à des sentiments ambivalents. Elle aime ses bébés et en même temps elle ne supporte plus leurs pleurs. Elle peut être plongée dans un sentiment de culpabilité « je ne devrais pas avoir ses pensées », d’une perte de confiance en elle, « je n’y arriverai jamais » et une perte d’identité, « je suis une mère nourricière, animale certaine pourront dire. Mais qui suis-je ? Je ne me reconnais plus ».

Le regard extérieur est aussi une donnée à prendre en considération. Les jumeaux attirent d’autant plus s’ils sont monozygotes et le comportement des gens dans la rue peut être intrusif voir agressif. Ce n’est pas rare que les gens s’arrêtent pour toucher les bébés et donner leur opinion “j’ai toujours rêvé d’avoir des jumeaux” ou au contraire “Je vous plaint, quel travail !” mais la mère n’a rien demandé. Elle est perçue dans son côté animal mère de deux petits et non en tant que femme. A la difficulté pratique de sortir peut s’ajouter la peur d’attirer l’attention.

Et pour le père de jumeaux ?

Pour le père, c’est aussi un bouleversement psychique mais peut être avec intensité différente. Le père souvent a repris le travail, il ne vit pas l’isolement de la même manière que sa compagne. Il peut par contre avoir des angoisses, à se dire « est ce que je vais arriver à subvenir aux besoins divers de toute ma famille ». Inconsciemment il peut être fier d’avoir été “doublement fertile” ou ne prêter aucune importance à ce point.

Quelles femmes peuvent être particulièrement impactées ?

On a pu remarqué que chez certaines femmes qui ont été assistées médicalement pour avoir une grossesse, leurs difficultés psychiques sont difficilement dicibles. Pour celles qui ont eu un long parcours de PMA, se plaindre est presque impossible, elles ne se l’autorisent pas. Elles sont  dans une ambivalence car elles avaient été informées de la possibilité d’une grossesse gémellaire et en même temps cela ne correspond pas forcément à leur désir profond.

Vers qui se tourner ?

L’essentiel est de pouvoir parler auprès de votre PMI, au sein de votre maternité, votre association jumeaux et plus, au travers de groupes de parole ou d’une prise en charge par un thérapeute.

Quels signes peuvent nous faire penser que cette démarche serait préférable ?

Dès que le couple  ou que l’un des parents ressent le besoin de se confier, d’en parler pas forcément par psychothérapie personnelle mais au travers d’un espace de parole et de dialogue. A tout moment dès que vous en ressentez le besoin avant la naissance et/ou après.

Parler de vos interrogations a votre gynécologue, médecin généraliste, à la PMI, à votre pédiatre ils sauront vous orienter et vous indiquer les thérapeutes les mieux adaptés que vous pourrez rencontrer.

Comment çà va se passer ?

C’est un espace de dialogue qui vous est ouvert. Une fois la décision prise de consulter, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une rencontre. Une rencontre entre le psychisme du thérapeute et celui du patient. Il arrive que la rencontre ne se fasse pas, que vous ne vous sentiez pas à l’aise, il est conseillé alors d’en parler au thérapeute qui pourra ainsi vous orienter vers quelqu’un d’autre.

En ce qui me concerne je propose à mes patients 3 consultations pour faire connaissance, en définissant le cadre ensemble, à la troisième séance nous décidons ensemble si la personne est à l’aise ou s’il y a des choses à modifier.

L’idéal serait de pouvoir proposer un soin adapté en pré natal avec une visite en duo avec une  puéricultrice  et un post natal à domicile mais ce n’est pas facile à mettre en place.

Entre le psychologue, le psychiatre, le psychothérapeute, le psychanalyste … on ne sait plus où donner de la tête. A qui s’adresser ?

Vous serez amené à rencontrer un psychothérapeute ou psychologue mais vous trouverez l’explication des différentes terminologies entre psychologues, psychiatres, psychothérapeutes et psychanalystes sur son site www.psy-enfant.fr.

* Publications et écrits
“Retour à la maison, penser des soins adaptés !“, article dans la revue Enfance et Psy, n°34, 2007.
http://www.editions-eres.com/resultat.php?Id=1818
Les réductions embryonnaires
“Les jumeaux, le retour à la maison“, émission Les Maternelles sur France 5.


On se retrouve ici
Ils nous font confianceIls nous font confiance
Ils parlent de nous Ils parlent de nous