Marcel Rufo “Jumeaux et accordage affectif”

Marcel Rufo célèbre pédopsychiatre répond aux questions de Jumeaux et Plus Paris sur l’arrivée des multiples dans la famille et sur cet accordage affectif parfois difficile.

Marcel Rufo ancien chef du service médico-psychologique de la famille et de l’enfant au CHU Sainte-Marguerite de Marseille est spécialiste de l’enfance et de l’adolescence. Il a écrit de nombreux ouvrages dont ” élever bébé” paru en 2006. Il y présente Allo Rufo, une émission quotidienne diffusée à 10h05 sur France 5, pendant laquelle, il répond aux questions des téléspectateurs concernant les enfants petits et grands.

Un certain nombre de questions ont été posées à Marcel Rufo, Jumeaux&co a tenté de retranscrire le plus fidèlement possible cet interview.

Pourquoi vous sentez-vous concerné par le sujet des jumeaux et l’arrivée de multiples dans une famille ?

“Je me sens concerné  pour plusieurs raisons :

x Premièrement ma maman est jumelle.

x D’autre part, au cours me mes études j’ai eu la chance de rencontrer René Zazzo et d’étudier son livre culte Le paradoxe des jumeaux. Cette relation et notamment le troisième volet évoqué par rené Zazzo “le couple”, m’a toujours intrigué.

Certaines questions ou réactions liées aux jumeaux m’intéressent beaucoup :

x La question Est ce qu’il faut que je lui parle de son jumeau perdu ?

Cela  m’intéresse beaucoup parce que je ne suis pas adepte du tout dire . Certaines choses vous concernent et ne concernent pas l’enfant. Un jour je reçois un enfant avec ses parents. Visiblement l’enfant n’a pas de problème mais il dit que ses parents ne sont pas ses parents. Mon père n’est pas mon père. Le psychiatre que je suis lui pose plus de questions, c’est signe que le psychiatre à ce moment n’y comprends rien. Jusqu’à ce que l’enfant me dise « c’est FIV mon père ». Ca sert à rien de tout dire à un enfant. Si vous savez exactement en détails comment vous avez été conçu vous pouvez tout de suite débuter une thérapie

X L’impudeur de certaines personnes lorsqu’ils rencontrent des jumeaux.

Alors que les parents s’accrochent dès le début à leur trouver des singularités. Les amis, oncles et tantes continuent à dire les jumeaux

X L’annonce qui est parfois anxiogène.

On n’est jamais prêt à avoir des jumeaux. Une petite fille de 5 ans sauf si elle est issue d’une famille de jumeaux ne fabrique pas un imaginaire où elle s’imagine future maman de jumeaux. Cette notion d’imaginaire que la petite fille se fabrique est très important car une future maman va avoir beaucoup de mal à différencier dans son ventre deux bébés qu’elle ne voit pas. Peut-être que les nouvelles technologies d’échographies en 3D aideront dans ce sens.

X Vient ensuite le moment de la naissance.-

Les parents disent parfois « moi, j’aime mes enfants pareil ». C’est faux, archi -faux, c’est même une connerie nationale. Il faut donner avec les notaires à la mort des parents pour se rendre compte des phénomènes de chouchous » et de “pas chouchous”. D’autre part 15% des naissances donnent lieu à une dépression postpartum. La femme  traverse un réel mal être avec 2 voir 3 enfants, rendez vous compte du soutien dont elle aurait besoin. L’accordage effectif est très important. La maman a besoin de vivre des moments de fusion pour donner de l’autonomie à ses enfants par la suite. Mais comment se “biaccorder”. Les mamans ressentent un sentiment d’abandon.

Les choses se sont bien améliorées du fait de la plus grande tolérance des familles. Avant c’était plus compliqué de demander son aide à un tiers. L’objectif est de banaliser le plus possible la gémellité. Les gens étant plus informés leur réaction sera plus adéquate. «  Oui, des jumeaux et alors » c’est à çà qu’on doit arriver.”

Il y a 25 ans lorsque nous avons monté l’association jumeaux et plus on se faisait traiter de secte mais son rôle est plus qu’utile puisque certains jumeaux désormais grands est n’ayant pas été accompagné se retrouvent en grande difficulté. Qu’en pensez vous ?

“Je vais prendre un exemple que j’expliquerai après. J’ai été missionné dans le cadre de l’adoption.

30% des enfants adoptés rencontrent des problèmes cognitifs contre 5% pour la population générale. Hors les enfants adoptés sont suivis tout au début puis à l’adolescence, mais très peu au courant de la période intermédiaire.

Pour les jumeaux c’est la même chose un suivi régulier des enfants, sans les stigmatiser mais en les suivant dans le cadre de l’association par exemple pourrait être envisagé. Comprendre que l’accompagnement participe à la bonne éducation. Il faut le dire « Le premier enfant est un brouillon » Le deuxième on est beaucoup moins stressé. En étant accompagné dès le départ on est moins stressé. La prévention est sympathique et simple.”

Faut-il leur parler de la démarche de la PMA ?

“Le secret est le secret des familles et pas des équipes médicales. Il faut être capable en famille de s’accorder sur le sujet. Il n’y a pas de règle c’est une question qui vous concerne.”

Vous avez dit qu’on pouvait être plus proche d’un enfant que d’un autre, comment faire alors ?

“Il faut savoir qu’il va se produire un jour un bouleversement où vous deviendrez l’enfant de vos enfants. Chez les enfants battus par exemple l’enfant battu est le plus aimant. C’est un exemple choquant mais cela met en évidence que ce que les enfants tirent de nos affections est extrêmement complexe. Cela dépend des enfants et de ses structures. Les enfants apprécient nos défauts, nos fragilité surtout paternelles. Goethe disait « on devient adulte lorsque l’on pardonne à ses parents ».”

Doit-on leur acheter des vêtements ou jeux identiques ?

“Vers 3 ou 4 ans les enfants développent la faculté de jouer ensemble de manière sociable. Les jumeaux peuvent le faire plus précocement mais ils jouent aussi de façon fusionnelle. Hors c’est important pour leur développement de leur expliquer ce qui est pareil et ce qui est pas pareil.”

Pourquoi les réactions des gens peuvent parfois être intrusives, voir agressives lorsqu’ils voient des jumeaux oubliant presque qu’il y a des parents derrière la poussette double ?

“Il y a tellement de fantasmes autour des jumeaux. Etre deux alors qu’on est qu’un. Le double permet de projeter un idéal qu’on est pas. C’est comme une thérapie pour certaines personnes qui vous abordent.”

Est ce que finalement on n’est fait pas trop quand on parle du lien gémellaire ? Est ce qu’élever des jumeaux cela ne revient pas à élever des enfants frères et sœurs ?

“Il faut réellement être plus vigilent sans stigmatiser. On ne peut pas négliger ce lien spécifique. Lorsque l’on né jumeaux on expérimente la solitude bien plus tard.”

Retrouvez aussi les conseils de Clotilde Azenou Psychologue devenir parentsdejumeaux quels impacts psychologiques

Commentaires

  1. a écrit

    Merci de cet entretien très instructif. Était-ce la conférence du pédopsychiatre ou une interview qu’il t’a accordée?

  2. Sophie Jumeauxandco a écrit

    Il s’agit de la conférence. Il a répondu librement aux questions.

  3. communication a écrit

    Bonjour
    Pour les jumeaux et les autres nous proposons une série de conférences à Lyon sur la gémellité de l’orient ancien à l’afrique contemporaine
    entrée libre et gratuite
    Voici le lien pour consulter le programme
    http://www.mom.fr

    venez nombreux

  4. sochoup a écrit

    c’est vraiment intéressant, je retiens surtout qu’il ne faut pas tout dire à un enfant, je pensais que c’était le contraire justement, en tout cas l’exemple qu’il a donné est frappant. Merci de nous avoir mis ces extraits, c’est toujours bon à savoir

  5. saisei a écrit

    “les jumeaux”… en effet qu’est ce que c’est vexant de se faire appeler comme ça, comme si on n’était qu’un groupe de 2, et pas 2 personnes distinctes avec 2 prénoms…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>