PMA : Pour Mieux Attendre

Une future maman de jumeaux raconte son parcours sur son blog Pour Mieux Attendre (ma vie en trois initiales) et répond aux questions de Jumeaux&Co.

“Mon histoire, c’est la même histoire que celle de 30 000 couples tous les ans. C’est l’histoire d’une litanie de chiffres tout en bas d’analyses médicales. C’est l’histoire d’une vie qui bascule. A cause d’une atypie. Mon parcours est rempli de mots barbares. Il y est question de fécondation in vitro et de sperme atypique. Mais surtout, il y est question de patience, d’amour, d’attente et de manque.”

Le fait d’avoir à enfant tous les deux n’a pas été comment dire 100% facile, tu ne t’en caches pas sur ton blog, peux-tu nous expliquer un peu ?

Pas facile… c’est un euphémisme ! Et long surtout. Deux ans d’attente avant de les voir débarquer dans mon ventre. Dont une année entière d’un parcours médical éprouvant.

Fin 2009, après quelques mois d’essais au naturel, nous avons découvert que mon homme est atteint d’OATS (je vous épargne l’explication scientifique mais en vulgarisé, selon signifie que ses zozos sont peu nombreux, immobiles, morts la plupart du temps et mal formés). A peu près 44 fois moins nombreux que la norme la plus basse. De mon côté, je semblais 100% opérationnelle.

Je vous épargne la description complète du parcours médical que nous avons fait en une année. Il  vous faut juste savoir que mon homme a été exemplaire, et que jamais il n’a reculé devant les examens ou les opérations. Mais rien ne fonctionnait. Même pas une première grossesse éclair qui s’est terminée en fausse-couche. Nous avons fini par nous inscrire pour une FIV, résignés.

Et puis quelques semaines avant cette FIV, en dernier espoir, un médecin a prescrit un traitement antibiotique. Et 15 jours après la fin du traitement, je tombais enceinte. Doublement.

Qu’est ce qui a été le plus difficile ? Qu’est ce qui t’a vraiment aidé ?

Cette année 2010, c’est une année de cauchemar. Réellement. Quand vous apprenez que vous ne pourrez pas faire d’enfants naturellement alors que votre corps fonctionne à merveille, vous ressentez une grande injustice. Dans mon cas, c’était une double injustice. Car même fertile, c’est moi qui allais devoir subir les traitements pour la FIV. J’avais l’impression de sacrifier mon corps, de me sacrifier.

Rajoutez à ça une incompréhension mutuelle entre nous pendant quelques mois après l’annonce et un entourage familial ne sachant plus comment réagir et faisant des maladresses et vous aurez une idée de l’ambiance générale.

Ce qui m’a aidé, c’est le blog que j’ai ouvert en février 2010. Au bout de quelques jours à peine, des femmes dans la même situation que moi y sont venues me lire et me dire qu’elles comprenaient parfaitement ce que je ressentais. Parce qu’elles le ressentaient aussi. Ca m’a paru incroyable.

Moi qui avais un peu honte finalement de si mal réagir, d’avoir envie de tout plaquer et de recommencer une autre vie ailleurs, j’ai compris que tout ce que je ressentais était normal. Parfaitement normal.

Par la suite, je me suis régulièrement révoltée par écrit de ma situation. Et à chaque fois, j’ai eu un écho incroyable de la part de toutes ces femmes géniales.

Dans votre démarche avez vous pensé que vous pourriez avoir des jumeaux ?

A partir du moment où je me suis résignée à en passer par une FIV, oui, l’idée des jumeaux a été présente. Parce que quand on “choisit” ce genre de technique, c’est un “risque” à prendre en considération.

Mais finalement, lorsque notre miracle 100% naturel s’est affiché sur mon test de grossesse, à aucun moment je n’ai pu penser qu’il s’agissait d’une grossesse gémellaire. Nous galérions depuis 2 ans pour fabriquer UN SEUL bébé.  Impossible d’imaginer que deux spermatozoïdes si rares aient pu fabriquer deux embryons.

Quelle a été ta réaction quand tu as appris qu’il s’agissait d’une grossesse gémellaire ?

Je garderai longtemps en mémoire les mots de ma gynéco lorsqu’elle a pratiqué la toute première échographie. Et le ton qu’elle a employé. Vu ma grossesse inattendue, elle nous avait accueilli dans son cabinet en nous appelant son « couple à surprise ». Mais quand au bout de 5 secondes à peine d’examen, elle a lancé dans un souffle : « il y en a deux », on a tous halluciné ! Y compris elle !

Le sentiment qui a dominé dans les premières semaines, c’est celui de la fierté, il faut le reconnaître même si cela manque peut-être d’humilité.

J’ai été très fière d’avoir réussi à faire des jumeaux avec un homme dont tout le corps médical s’entendait pour dire qu’il n’aurait jamais d’enfants naturellement. Et puis j’ai été très fière de nous avoir mené à cette grossesse naturelle à coups de rendez-vous médicaux, à coups d’essais thérapeutiques, à coups de grosses désillusions aussi. A cet instants-là, tous les sacrifices de l’année écoulée ont été enfin justifiés et c’était carrément jouïssif.

As-tu une anecdote particulière de ta grossesse à nous donner ?

La première fois qu’on m’a demandé : « c’est une grossesse gémellaire spontanée ? » Je me suis sentie très bête pour répondre. Que répondre à ça… Rarement grossesse n’a été plus réfléchie, plus recherchée, plus médicalisée. Et en même temps, oui, elle est totalement spontanée. Cette grossesse est un double miracle, ni plus ni moins.

Que conseillerais-tu aux futurs parents de jumeaux ?

Je suis un peu embêtée pour répondre à cette question car je ne suis pas encore parent de jumeaux ! Alors, je répondrais plutôt ce que je leur souhaite, parce que c’est aussi ce que je me souhaite pour cette fin de grossesse et ma future rencontre avec elles (oui, je dévoile le secret, ce sont des fiiiiiilles !). A savoir, de rester zen, de vivre cette grossesse aussi bien que possible en la menant jusqu’au terme et de les aimer d’un amour fou de manière instinctive.  Et puis, de garder ce regard amoureux sur leur papa. Et de le trouver encore plus fabuleux quand il sera père.

Merci de m’avoir laissé la parole et j’espère très bientôt venir renforcer les rangs des (très) heureux parents de jumeaux ! Pour conclure, j’envoie aussi un message d’amour à toutes les filles en galère pour avoir un bébé tant désiré. Ne lâchez rien les filles, battez-vous jusqu’au bout, les miracles existent.

Retrouvez cette super future maman sur  www.pourmieuxattendre.fr/

Quelques chiffres sur jumeaux et PMA.

Commentaires

  1. zakoué andrée-sylvie a écrit

    très belle histoire! car moi oci je suis futur maman de jumeaux et je suis contente à la fois anxieuse!

  2. snoops a écrit

    quel parcours que je comprends tellement (meme si pour nous pas de fiv envisagée, la partie la plus rigolote etant pour nous lol)
    quel beau pied de nez a la medecine :-D

  3. sochoup a écrit

    Le parcours des futurs parents ressemble beaucoup à un parcours du combattant, difficile et long, ils ont besoin d’une aide psychologique pour les soutenir dans cette épreuve

Rétroliens

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>